« 4.48 Psychose » de Sarah Kane / Revue de presse

 

 

1. Presse

 

La victoire des cafards

 

Andrés Cifuentes, acteur et metteur en scène, nous propose sa version du chemin parcouru par Sarah Kane, auteure de la pièce, qui s’est suicidée à l’âge de 28 ans, après avoir laissé ce dernier témoignage. A la base, la pièce décrit l’angoisse existentielle d’une femme homosexuelle, ici le personnage principal est un jeune écrivain. Une introspection très sombre en forme de crise existentielle sans issue, portée par un acteur généreux et concerné.

 

Dans une société marquée par la recrudescence du suicide (décès répétés chez France Telecom, hausse de 40% des suicides en Grèce au 1er semestre…), le théâtre, philosophique et visuel, est l’un des moyens de s’interroger sur cet acte définitif difficile à appréhender correctement car il couvre une réalité très personnelle.

 

Sur scène, l’impossibilité d’un dialogue avec le corps médical s’installe dès le départ, lorsque deux psychiatres demandent à l’écrivain suicidaire ce qu’il offre à ses amis pour qu’ils lui soient acquis. Or, très concrètement, c’est souvent une solitude exacerbée et un manque d’amour généralisé qui conduit le sujet à l’acte. Des amis, il n’en a probablement pas.

 

Torturé par des courants contraires, le jeune homme souffre radicalement. Dans l’impossibilité d’associer son corps et son esprit, il se mutile pour se sentir exister. Anorexique, gavé de médicaments, deux forces s’opposent en lui : la vie et la mort. Parfois cohérent, en présence des médecins, parfois incapable de canaliser des pensées contradictoires, il évolue à la merci des cafards qui hantent ses cauchemars.

 

Une belle prestation de trois jeunes acteurs, qui donne envie de découvrir Sarah Kane et qui incite à s’interroger sur les courants opposés que chacun porte en soi. Une mise en scène classique, centrée sur l’immense détresse d’un suicidaire, qui dans le cas présent, est passé à l’acte. Un témoignage contemporain et inquiétant.

 

Catherine Sokolowski, demandezleprogramme.be, 23 septembre 2011

 

 

 

2. Appréciations du public : demandezleprogramme.be

 

« Magnifique mise en scène d'un sujet délicat mais interprété au plus juste de ce que peut être la psychose, de la souffrance terrible qu'elle engendre et aussi de l'impuissance des soignants face à cette problématique ; bien exprimée la difficulté de la rencontre avec ces patients qui ont tellement besoin d'amour mais qui en même temps le repousse... »

 

« Un grand merci pour cette pièce hors normes. La mise en scène est sublime dans sa symbolique éclatante et le texte est d'une poésie resplendissante. Une pièce pleine de vie (la souffrance, les relations, la solitude, etc.) sur la mort qui donne envie de découvrir les autres œuvres de Sarah Kane ! »

 

« Un moment rare et d'une grande richesse qui marquera longtemps. »

 

« Très bonne interprétation pour un sujet troublant. »

 

« Cette pièce est forte, cette mise en scène et cette version sont à la hauteur. »

 

« La mise en scène révèle avec justesse et lucidité la puissance de ce texte. Bravo et merci. »

 

« Le texte de Sarah Kane est magnifiquement servi et mis en scène. »

 

« Les trois acteurs ont su porter avec talent, force et subtilité ce texte "coup de poing". On en ressort marqué, soufflé. »

 

« Un regard particulièrement interpellant et sensible sur la dernière pièce de Sarah Kane. »

Retour